AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Rencontre avec Morgan Dreiden Marshall

| Lun 20 Aoû - 22:39

Ayden Drake

Par une heure matinale, je me prépare avec une chemise blanche, une veste noir tout comme mon pantalon. En direction du tribunal pour y rencontrer Morgan Dreiden Marshall. Je me sens d’humeur impartial devant le tribunal majestueux avec de grandes colonnes qui y montre une grande justice, je me déplace donc avec une canne en bois d’etre noir et le bout du manche argenté ma démarche élégante comme toujours jusqu’au secrétariat pour y demander à rencontrer Morgan.

Bonjour se serait rencontrer Mr Dreiden Marshall est ce qu’il est présent ? On peut sentir dans ma voix une certaine impatience

Oui, mais sa ne vas être possible tout de suite il est en audience veuillez patientez dans cette pièce.

L’attente est longue je compte les heures je m’assois donc sur le banc en face du secrétariat pour l’y attendre.
| Mar 28 Aoû - 19:56

Morgan Marshall

J'avoue. J'ai eu la flemme d'étendre mon argumentaire durant le procès. J'avoue. C'était pas le coeur du RP, donc, pas d'argumentaire.



Il m’avait demandé de me prononcer à la barre. Me prononcer sur le monologue le plus ennuyant que je n’ai jamais pu entendre jusqu’ici. J’avais élevé mes yeux à l’audience. Aux jurés, l’expression à mon visage, quelque peu . . . ébranlé. Je pris le temps d’observer une à une les personnes derrières leurs bureaux de bois, leurs robes, le marteau du juge, ces visages stricts - et de tout ce bordel, j’en soupirais légèrement d’insolence. L’avocat de la défense, aeh. Pire. Je me complaisais à ça. Sans savoir où ça allait me mener un jour. Fouteur de merde à souhait. Mes doigts se déposèrent lentement sur la barre. Mon visage s’abaissa pour sourire en coin. Je redressais ensuite mon regard à celui de l’avocat de l’accusé.

Je ne ferai opposition à l’avocat de l’accusé. Pour moi la plaidoirie est terminée en le cas où les jurés n’ont pas su creuser autant que je ne l’ai pu faire les audits de terrains, pour comprendre que nos deux clients sont d’égale en leur comportement  je l’exprimais en quoi, [ … ]. J’entends affirmer un acte de complicités qui perdurent jusqu’à nos yeux, ici et maintenant. J’entends affirmer que ces deux personnes sont communéments coupables et leur souhaite même sentence. Je me suis suffisament étendu sur mon argumentaire, je demande, et garderai silence à ce que la plaidoirie se termine.

Un regard pour mon client, dégoûté, hurlant, retenu par des policiers japonais tout aussi consterné que les jurés. Je descendis les marches pour sortir sans pré-avis de la salle d’audience laisser souffle court. Le juge sonne la fin de la séance en annonçant les coupables, je refermais derrière moi les portes.


La secrétaire me héla, m’aggripa presque le bras et mon visage se détourna vers le sien. On m’indiquait que quelqu’un m’attendait. J’acquiéçais et me rendit à la salle d’attente après avoir pris un thé. Je tourne la touillette pour faire fondre le sucre en m’approchant de la personne concernée. Par un air de dédains, je le toise de haut en bas. Anglais. Pour sûr. Les affaires reprennent.

On me cherche ?




drugs
@morden

Coups de coeur ♥