AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Delicacy in flavor · Zhen Endô

| Ven 22 Juin - 20:16

Morgan Marshall

Par la présente d’une lettre, j’avais indiqué à Madame l’endroit de nos échanges. J’avais réservé un rooftop qui dominait entièrement le quartier Nord. Mon visage s’élevait à l’endroit où je me rendais, l’allure décidée. Je reconnaissais quelques visages auxquelles je répondis d’un signe de tête, on me laissa entrer. Je demandais si ma convive était déjà présente, on m’annonçait que oui. J’atteignis les hauteurs. Là, j’apercevais la silhouette de la Maire vers laquelle je m’approchais. Je la saluais avec politesse, Madame.

Je vins me lover au creux des canapés qui nous rapprochait. Relevant index et majeur, j’enjoignais le barman de venir à nous. Libre à vous de commander ce qui vous satisfera, la note est mienne. J’avais choisi un thé au Roiboos. Épicé, ce thé noir était porté par une saveur forte que j’adorais particulièrement.

Proche de nous, une flamme dansait et des sakuras couvraient par-ci et là notre ciel. Vous savez que la cause du Nord m’importe. Mon invitation va en ce sens.
| Sam 23 Juin - 0:25

Zhen Endô


Je tends la main vers le petit Morgan, timidement, appel au contact léger de ses lèvres sur ma peau. Qu’il est beau, comme un enfant qui attendrait une sucrerie dans une boulangerie. Attendrissant est le mot.

- Vous avez toute mon attention …

Je papillonne, n’ose pas, lutte contre son regard alors que le rouge perce mon fard. Cela fait longtemps que je l’observe. Sa venu était inévitable. Tout autant que l’arrivée de mon thé.

- Votre thé Sencha n°26, Madame.

J'aime ce thé. Il n'était pas sur la carte, une faute de goût. Une brise agite les cerisiers alors que je détourne une nouvelle fois le regard. La vue est magnifique aujourd’hui, même si le paysage, lui, est inchangé.
| Sam 23 Juin - 14:17

Morgan Marshall


L’extrémité de ses doigts fins parcoururent mes lèvres que j’entr’ouvrais délibérément pour elle. Elle me caressait le court de quelques secondes. Les traits de mon regard s’adoucirent. Aussi pris-je le temps de les observer avant de loger le bleu-givré de mes yeux aux siens. Dites-moi, Madame, comment se porte la mairie ?

Elle avait pris du thé Sencha, considéré en nos terres comme roi des thés et porteur de valeurs bénéfiques. Il n’était pas sur la carte et son prix dépassait les autres ; Il en disait sur Zhen. Le thé Sencha est un très bon choix ; le meilleur thé que l’Angleterre n’ait! Du sarcasme à l’état pur, aussi lui souriais-je révélant mes dents du bonheur. Espérons qu’elle appréciait l’humour britannique.



sick
@morden
| Sam 23 Juin - 18:11

Zhen Endô

Je frisonne. Son souffle sur ma peau. Chatterie déguisé en bonnes mœurs. Fieffé coquin. Mais, déjà il me parle travail. Gâté ma gâterie ! Et par cette gaffe il me gave déjà de ses gages que trop garnis, le gandin. Enfin, qu’importe.

- Elle me semble se porter à merveille. Si seulement elle me laissait parfois un peu plus de temps …

Je ris doucement, inclinant la tête. Une de mes mèches glisse de mon oreille. Je ne le quitte maintenant plus des yeux que pour caresser fugacement mon reflet, miroitant dans ma tasse de Sencha. C’est en effet un excellent thé, je l’ai choisi après tout. Il ne déforme, ni ne dépeint, mon visage et mon teint.

- L’Angleterre a toujours sût être riche dans le choix de ses partenaires. De cette richesse première en a découlé bien d’autres, nous sommes d’accord.

Je souris à mon tour, dissimulant immédiatement ce geste derrière un éventail  décoré d’un rossignol perché.  Il fait durer la chose, mais, qui ne le ferait pas en ma présence ?
| Sam 23 Juin - 19:33

Morgan Marshall


J’entr’appercevais entre les battements de son éventail nippon un beau sourire. La chevelure effilée de Zhen voletait au gré d’un vent éphémère. Mes doigts enlaçaient la tasse de porcelaine et les effluves du Roiboos ne tardèrent à m’atteindre, Les britanniques ont mis au point au XIXe siècle deux procédés pour confectionner le thé, la plus répandue dans le monde étant celle appelée Crush, Tear, Curl. Le thé noir reste mon préféré. Il peut se conserver plusieurs années sans perdre de sa saveur au contraire du thé vert, dont la fraîcheur se voit disparaître d’ici 12 à 18 mois.

Je m’aimais à énoncer les origines du thé. Elles étaient captivantes de par la somme des cultures qu’elles y intégraient. Je marquais un silence afin d’avaler quelques gorgées. La tasse reposée, je déposais mon échine au douillet du divan. Vous énonciez manquer de temps ; vous pensiez à une activité particulière ? Je me suis toujours demandé quel genre de loisirs seraient pour vous plaire …



sick
@morden
| Dim 24 Juin - 22:45

Zhen Endô

Je lui offre un peu plus de mon temps, le laisse me parler de thé. Sa voix est miel à mes oreilles, il sait ce qui est bon. Il me rappel qu’il est agréable d’être cajolée de temps à autre. Encore juste un peu, quelques minutes à regarder ses lèvres, à jouer avec son regard, à rire doucement à ses phrases.

-  Vous savez comment me captiver Morgan. Tout ce savoir, sur le thé … Mais, je crains malheureusement de n’avoir guère à vous offrir en retour. Mes moments de calme sont si rares que j’en profite bien souvent pour m’éloigner de toute activité. L’oisiveté est un loisir de riche après tout …

Je fais doucement glisser mon éventail sur mes lèvres, le laissant se refermer de moitié.

-  Peut-être un jour ces moments cesseront d’être si solitaire.

Je laisse mes doigts remonter, enrouler une mèche de mes magnifiques cheveux. Le temps se couvre, s’écoule, ennuyant. Il ne manquerait plus qu’il pleuve, l’humidité est détestable à cette saison.

-  Quel gâchis. Moi qui appréciais tant cette rencontre. Parlez-moi encore de thé Morgan, faites revenir le temps passé, que je puisse profiter encore un peu de votre compagnie.
| Lun 25 Juin - 23:41

Morgan Marshall

Elle se perdait aux traits de mon visage naïf. À mes lèvres la plupart de leurs temps entr’ouvertes sinon à mes yeux dont les cils papillonnaient. Elle se confortait dans la séduction parce qu’elle était consciente d’une chose ; je préférais être courtisé et ne pas avoir à flirter. Délicatement, l’une de mes mains attrapa ma cuisse sous la table. Elle me fit esquisser un léger sourire. J’étais flatté qu’elle apprécia mon discours. J’allais en ce sens, vous évoquez ma demande qui fait l’intérêt de notre appointment. Erm, vous n’êtes pas sans savoir que nous évoquons un véritable "Boom of tea". Que le thé, est la boisson la plus consommer au monde après l’eau. Je marquais un temps d’arrêt. Ma vision se situe au centre de plusieurs domaines ; le business, le marketing et la science. Aussi laissez-moi émettre clairement ma demande, Madame ; j’aimerais faire revenir le salon de thé du Quartier Sud, car il en revient de droit au Nord. Pour moi, il doit être porteur d’une valeur haute de gamme. Cela renvoie au Nord sa qualité de prestige. Un prestige qui procura une véritable rentrée d’argent et la venue de nombreux habitants comme de personnalités – quand j’évoque le terme de personnalité, entendez que cela puisse être un échantillon de type, les personnes avec qui vous avez affaire.

Délicatement, mon visage venait à se pencher. Mes dents mordillèrent mon piercing. Une, deux, … quatre minutes. Je maintenais ses yeux dans les miens. L’art du silence était une vertu que je confectionnais particulièrement durant des échanges. Zhen me connaissait, froid, magnifique. Par contre vous m’en verrez désolé d’être de ceux qui ne croit pas au marketing. Mes convictions intellectuelles se vouent à la science. On doit convaincre les jeunes générations, sensibles aux vertus du bien-être, de se tourner vers des produits biologiques. Fait sociologique.

Putain d’intellectuel pédant.



sick
@morden
| Sam 30 Juin - 21:39

Zhen Endô

J’entends le son de sa voix, mais je n’écoute guère. Il me captive, m’envoute. Comment fait-il ? Mes lèvres se préparent, minutieuses. Elles suivent le rose de mes joues, l’arrondis de mes yeux, forment ce petit « oh » de surprise, qui transperce mes lèvres avec la légitimité d’un fauve dans une galerie néoclassique.

Je suis maintenant son silence. Comme on suivrait une gamme de Bethoven. Ou plutôt de Kreutzer, le violon lui irait bien mieux au teint. Je le verrais bien ainsi, dans mon salon, un bel apolon de marbre blanc, un violon lacivement posé sur son épaule. Et ce regard, ce regard que je dévore. Il serait le plus important à saisir, sans lui, il ne serait rien.

J’en profite aussi pour reflechir, sa proposition est alléchante, désirable même, mais rien n’est si facile ici et je ne suis pas encore reine, juste mairesse.

« Morgan, votre projet est … Splendide. Tout simplement. »

J’aurais fait mieux, evidemment, mais cela n’enlève pas au plaisir de l’acte. Enfin, tout est déjà prêt, alors ne perdons plus de temps. Quel domage. Cette après-midi était si charmante mais maintenant, il pleut.

« Malheureusement … Cette propriété n’est pas un bien publique, il n’y a rien que je puisse faire pour que vous l’obteniez. Je ne pourrais, à la rigueur, que faciliter la transaction au niveau administratif … »

J’avale une gorgée de mon thé. Tiède, décevant, je sens mon humeur se dégrader de minute en minute.

« Vous seriez tellement mieux à la tête de cette affaire que l’affreuse mégère qui la tient actuellement. Vous devriez voir ce qu’elle a choisit comme rideaux pour cette saison, une catastrophe culturelle et économique … »

Je m’évente, outrée à l’idée de repenser à ce sacrilège. Du carmin, non mais vraiment, j’aurais tout vue depuis mon ascension.

« Enfin, je m’égare, pardonnez-moi. »
| Dim 1 Juil - 12:49

Morgan Marshall

Parce que nous étions des personnes d’importances, des personnes du café s’étaient affairés à recouvrir ces lieux où nous échangeâmes. Naturellement, et d’un élan de politesse, j’avais enlevé ma veste pour venir la passer autour de ses épaules. En reprenant place contre le moelleux du sofa, je remarquais toute l’intensité du regard qu’elle me portait. Je me préférais garder le silence en papillonnant des cils. S’en sans rendre compte, elle venait déjà de marquer un pas dans des enjeux qu’elle ne maîtriserait même plus. Désolé . . sans vouloir m’y méprendre, vous êtes à juste titre la mieux placée pour être à la tête de cette affaire.

Donner des responsabilités à une femme qui adore les responsabilités. Rendre Zhen plus importante qu’elle ne l’est déjà. Tokyo n’avait qu’à bien se tenir. Je reconnaissais son potentiel en la préférant à la charge de ma demande. Je veillais à ce qu’elle développe ses capacités et compétences de femme au pouvoir à travers ma volonté de récupérer ce salon de thé. Elle savait que je n’avais aucun mauvais fond parce que les yeux parlaient plus que les mots et que les miens étaient sources d’une douce sensibilité. Elle savait ma volonté de me battre pour les valeurs qui étaient miennes. Faciliter la transaction au niveau administratif ?



sick
@morden
| Dim 1 Juil - 16:30

Zhen Endô

Je souris à sa proposition. Une attention touchante, vraiment, mais déplacée. Mes doigts parcourent l’étoffe de son manteau. Il est de bonne facture mais quel étrange spectacle je dois offrir maintenant, kimono de soie et veste occidentale. Mais c’est là le prix à payer pour avoir son odeur sur moi, soit, je m’en acquitterais pour cette fois-ci.

« Arrêtez Morgan, vous me faites trop d’éloge, je ne saurais même pas par où commencer pour faire un thé. »


Je promène mon éventail sur la table, faisant le tour de la bué qui se forme sur celle-ci. Mon regard fuyant le sien, gêné de devoir ainsi refuser son offre. Quel dommage, si seulement j’avais le pouvoir de changer les choses, n’est-ce pas.

« C’est une bien maigre consolation mais tenez. »

Je claque des doigts deux fois. Aussitôt ma secrétaire lui remet ma carte privée. L’adresse de mon boudoir y figure, au milieu des roses orange et des rouges-gorges calligraphiés.

« Passez la semaine prochaine, disons, à 19h vendredi soir. Je vous expliquerais quels sont les démarches nécessaires pour la transition si vous parveniez à obtenir l’acte de propriété du lieu. »

Je me lève et laisse à regret ma secrétaire me défaire de son habit. Qu’elle s’empresse de rendre à son légitime propriétaire.

« Ce fut un plaisir Morgan. »

Je quitte alors les lieux, le laissant m’admirer une dernière fois.
|

Contenu sponsorisé


Coups de coeur ♥