AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 I'm not here to kill you || ft. Morgan

| Dim 15 Avr - 21:38

Myra Atkins



 



I'm Not Here to Kill You


Myra & Morgan



Traquer les déplacements et les agissements de Razgut n'avait jamais été une mince affaire, même à Londres. Il n'était peut-être pas l'individu le plus raffiné ou le plus intelligent que la société ait à offrir, mais il avait au moins la présence d'esprit de couvrir ses propres traces de façon décente. A Mayaku, étrangement, traquer Razgut semblait encore plus épineux. C'était comme si la ville l'avait avalé, comme si il savait qu'en arrivant ici il deviendrait une ombre, comme si... Comme si il y avait un lien spécial entre cette ville et lui.
Cette pensée avait hanté Myra. Jour et nuit depuis son arrivée elle avait cherché ce que Mayaku avait de spécial, dans l'espoir que cette découverte la mène directement à l'homme qu'elle cherchait. Ce n'est qu'après des semaines de recherches qu'une information, potentiellement cruciale, lui parvint aux oreilles. Selon les racontars de bars et de ruelles, Mayaku abritait une Secte d'Assassins. Elle n'avait aucune preuve officielle mais la jeune femme avait appris d'expérience que les rumeurs, si elles étaient assez récurrentes, étaient très souvent véridiques. De plus, si Razgut devait s'allier à une organisation, il n'y avait aucun doute dans l'esprit de Myra qu'un groupement d'Assassin serait son premier choix. Avec cette information en poche, il ne lui avait pas fallu très longtemps pour découvrir un nom.
@Morgan Marshall. Célèbre, riche, influent et, plus important, lié d'une manière ou d'une autre à cette fameuse Secte. Il semblait cependant être en disgrâce mais cela le rendait d'autant plus utile aux yeux de Myra. Une homme de ce genre devrait être en mesure de lui apprendre si Razgut était, bel et bien, de mèche avec la Secte. Elle pourrait donc recevoir l'information qu'il lui fallait sans pour autant avoir à se lancer elle-même dans une mission pointilleuse afin de s'infiltrer dans l'organisation en question.
Trouver Marshall avait été l'étape la plus simple de toutes. Cet homme était une figure publique et, apparemment, personne à Mayaku n'ignorait ce qu'il faisait ou encore où il vivait. Myra avait alors fait le tour du quartier, de jour, puis avait décrété, une fois la nuit tombée, qu'il était temps de dire "Bonjour" à Monsieur Marshall.

Il était 2h30. 3h tout au plus. Myra, vêtue de la tête au pied en couleurs sombres, se lança dans ce qu'elle savait faire de mieux : s'infiltrer. Passer inaperçu aux yeux des passants et des diverses caméras s'avéra ridiculement simple. La jeune femme s'était attendue à plusieurs gardes body-buildés autour de la villa, mais elle n'en croisa aucun. Alors qu'elle grimpait sur la façade arrière du bâtiment pour atteindre un balcon, Myra se promit de dire à Marshall que sa sécurité laissait à désirer. Rapidement, sans un bruit, la jeune femme atteint le balcon, puis la porte-fenêtre qu'elle visait. De fins rideaux lui entravaient la vue, mais par l'interstice entre les deux morceaux de tissu, Myra put voir qu'elle avait deviné juste : de l'autre côté de la vitre se trouvait un bureau, apparemment vide. En glissant deux doigts dans la poche arrière de son jean, elle récupéra un kit de crochetage, ancien et usé mais toujours aussi efficace manié par la bonne personne. La porte-vitrée céda bien vite sous ses doigts expert et Myra se laissa entrer avec un petit sourire satisfait au coins des lèvres.
Son arrivée, bien que discrète jusqu'ici, était faite pour être théâtrale et, surtout, remarquée. Ses frères l'auraient sans doute réprimandé si ils l'avaient vu. La bonne manière de procéder aurait été de rentrer, de fouiller le bureau pour trouver des informations utiles puis de disparaître. Cependant le plan de Myra incluait un contact avec Morgan Marshall. C'est pourquoi elle se laissa tomber dans la chaise en face du bureau et souleva ses jambes afin de poser lourdement ses pieds et ses mollets sur le bureau. Du bout du pied, elle poussa volontairement un presse-papier qui tomba au sol, déchirant le silence avec un bruit sourd avant de rouler à l'autre bout de la pièce. C'était le milieu de la nuit, que Marshall soit éveillé ou non, ce son allait l'alerter.
Les pieds posés nonchalamment sur le bureau, les bras croisés sur sa poitrine, Myra attendit patiemment que sa cible ne se manifeste, se délectant d'ores et déjà de la surprise qu'elle pouvait imaginer prendre possession de son visage quand il découvrirait que quelqu'un était entré par effraction chez lui.



par humdrum sur ninetofivehelp
| Mer 18 Avr - 19:29

Morgan Marshall

I never wanted to be your lover,
I ver wanted to be your friend . .



Mon visage est contre l’oreiller. Mon corps entier, plongé dans les draps. Un avant-bras recroquevillé contre mon front et l'arête de mon nez. L’autre, il se reposait sur mon torse. Deìth, mon sacré de birmanie dormait non loin. Allongé de tout son long, il se permettait de déposer sa queue contre mon mollet. On dormait à poings fermés depuis quelques heures maintenant. Une longue nuit après de longues réflexions sur ma possible alliance avec Okami. En vérité, Mendax, il avait le profil du Yakuza. Ce mec, les mois qui viennent, il n’allait pas en rester là. Je savais son âge. Je savais un peu son histoire. J’entendais surtout son discours. Ca manière de procéder, j’entends, sa vision, méritait d’être travaillée. C’est ce qu’il cherchera en les intégrant. Je ne me faisais pas de doute que Yumi, son père par extension, allait le construire. Moi? Je m’étais lié avec un bientôt Yakuza. Mon sommeil était léger.
Soudainement, un bruit. Le sursaut de mon corps, celui de mon chat. Mes yeux s’écarquillèrent. D’une main je redresse péniblement mon buste. Je me dégageais des draps après un colmatage de quelques minutes. Mes cils papillonnèrent tandis que je me dirigeais vers le lieu-dit où j’avais ouïe un objet tombé. Mon chat s’y était rendu plus aisément que moi, s’était déjà engagé à renifler l’inconnue que je découvrais à l’ouverture de la lumière. Une silhouette féminine à la postule d’enquêtrice, les jambes croisées, la poitrine soulevée par ses avant-bras. Une coupe carrée, le visage anglais. Ma première impression, juste parce qu’elle me semblait anglaise, me donnait le sourire - puis, fallait dire que je venais de me lever d’un sommeil profond, mh. Alors j’appuie mon avant-bras contre le contour de la porte, je frotte mes yeux délicatement de mon autre main. Je tape dans l’expression purement britannique en lui demandant qui elle pouvait bien être, juste pour confirmer mon impression. All right?





sick
@morden
| Dim 22 Avr - 23:34

Myra Atkins



 



I'm Not Here to Kill You


Myra & Morgan



Comme prévu, les pas derrière la porte ne se firent pas attendre bien longtemps. J'avais à peine eut le temps de mentalement cataloguer les objets de valeur dans la pièce quand un chat apparut dans l'embrasure de la porte pour venir me renifler depuis le pied de la chaise, rapidement suivi par un homme fin aux cheveux roses. Marshall, aucun doute la dessus. Sa réaction était inattendue : un sourire. Un homme qui ne prend pas peur face à une inconnue qui s'introduit chez lui.. Intéressant. Inconscient et idiot, mais intéressant.
Nonchalamment, je laissa tomber ma main pour gratter, du bout du doigt, l'arrière de l'oreille du chat, sans pour autant quitter Marshall des yeux. Entendre ma langue natale rouler si naturellement sur sa langue me donna un léger frisson, me rappelant mes origines et les personnes que j'avais abandonnées à Londres. Cependant, la sonorité même de la langue anglaise fit naître un sourire sur le coin de mes lèvres. Mon expression était sérieuse, dangereuse, mais amusée. Je faisais partie des Corbeaux et même si ma féminité ou mon apparence pouvaient parfois me donner l'air d'être sans défenses, j'étais mortellement dangereuse et l'homme face à moi ferrait bien de s'en rendre compte et de s'en souvenir.
Après avoir laissé une seconde s'écouler en plein silence, je replia lentement les jambes, posa les pieds au sol et, après mettre levée, me rapprocha de Marshall, les bras croisés. Your security sucks, Mr. Marshall. Ravie d'avoir abordé ce point, je pencha légèrement ma tête sur le côté mon sourire amusé toujours plaqué au creux de mes lèvres. Je décroisa finalement les bras de ma poitrine et, d'un geste souple, presque machinal, fit rouler mes manches sur mes avants-bras, dévoilant le grand tatouage en forme de corbeau stylisé qui se trouvait sur l'intérieur de mon avant-bras droit depuis des années. I think we need to talk.



par humdrum sur ninetofivehelp
|

Contenu sponsorisé


Coups de coeur ♥